Archives de catégorie : Non classé

Développement personnel : le pouvoir est-il vraiment en vous ?

Le marché du développement personnel s’est rarement aussi bien porté

La vente de livres « feel-good » et d’ouvrages pseudo-scientifiques – les 10 clés du bonheur, les 4 principes pour vivre la loi d’attraction, vivre une vie magique, s’épanouir avec les neurosciences ou la physique quantique…– connaît une croissance exponentielle ces dernières années. D’après le bilan GFK du marché du livre en 2019, la vente d’ouvrages de développement personnel représente près de 50 millions d’euros en France.

Une simple recherche sur internet de l’expression « développement personnel » renvoie un nombre de résultats impressionnants :

Google : environ 31 800 000 résultats

Youtube : environ 258 000  résultats

Amazon : environ 100 000 résultats

Le développement personnel s’invite également dans l’entreprise par la mise en œuvre de prestations aux modalités parfois étonnantes destinées aux dirigeants, managers et à leurs équipes.

Au global entre 30% à 40% du budget de formation des entreprises serait dédié à des approches qui s’apparentent à du développement personnel ou du coaching. Nous assistons aussi à l’accroissement de l’offre de conseil qui multiplie les promesses – manager son stress, développer la confiance en soi, réconcilier l’équilibre corps et esprit, pacifier ses relations, assumer ses rêves, révéler son plein potentiel – sans oublier les références aux sagesses ou philosophies soit-disant antiques ou à la pensée indienne, chinoise, les secrets hawaïens pour une vie plus zen, ou le peuple Toltèque… Les chiffres sont ahurissants, les ouvrages de développement personnel figurent dans les premiers rangs des classements mondiaux et français, juste après Guillaume Musso…

Un phénomène amplifié par la crise liée au COVID

La période singulière et anxiogène que nous vivons liée à la crise du Covid, propice au questionnement et à la remise en cause, a vu l’offre déjà pléthorique en développement personnel s’afficher de manière encore plus forte comme la solution pour changer de vie…légitimée par nombreuses prises de paroles, tribunes et posts sur les réseaux sociaux exhortant à changer le monde et à se changer soi.

Seuls les salariés ont le pouvoir ?

Une première analyse conjoncturelle rapide associerait l’engouement accru pour le développement personnel aux effets de la crise du Covid. Nous pensons cependant qu’il s’agit d’une tendance de fond liée aux transformations rapides et incessantes des organisations et modes de management qui oblige les salariés à rechercher des solutions pour prendre du recul et retrouver en eux le sens souvent absent des changements vécus dans leurs entreprises. D’ailleurs, nombreux sont les DRH ou Dirigeants qui proposent à certains managers de recourir à un coaching personnel afin d’optimiser leur performance et changer leur regard sur leur environnement …alors que les vrais problèmes sont dans les modes d’organisation et la gouvernance. En quoi un changement de regard sur une réalité défaillante pourrait-il par magie rendre plus acceptable les dysfonctionnements de cette réalité ?

Je me souviens de cette directrice financière d’un grand groupe de luxe que l’on ma demandé d’accompagner pour la faire progresser sur son leadership et son management transversal dans une organisation totalement silotée avec un n+1 au leadership très approximatif…

Développement personnel de masse…

Pour finir, que penser du paradoxe entre une promesse de démarche personnalisée qui vise la recherche et l’épanouissement d’un moi profond unique et singulier versus une offre industrielle, internationale, où les principes et méthodes sont exactement identiques pour chacun ? Pour exemple les best-sellers internationaux tirés chaque année à plus de 500 000 exemplaires et traduits en 20 langues…

Dans mes échanges avec des DRH ou des salariés de grands groupes il est très fréquent de recueillir des feedbacks déconcertants sur des prestations en développement personnel à l’éthique douteuse, aux prix inconsidérés et aux bénéfices encore inconnus à ce jour.

Qu’elle est votre expérience du développement personnel ? Avez-vous expérimenté dans votre entreprise ce type d’approche ? Quels en sont les bénéfices ? Quelles sont vos recommandations ?

Le présentiel est mort. Vive le présentiel !

Télétravail superstar

Sans vouloir faire de mauvais esprit, le télétravail doit beaucoup au Coronavirus.  

Après l’avoir longtemps refusé voire diabolisé, de nombreuses entreprises le proposent à présent à leurs salariés, voire l’imposent.

En quelques mois le statut du télétravail s’est inversé, passant d’une exception réservée à certains cadres à une situation banale voire majoritaire.

Signe des temps, le président de Facebook annonçait il y a peu que la moitié des employés pourrait travailler de chez eux, de façon permanente, d’ici cinq à dix ans

Quant à l’application Zoom, qui propose un système de visioconférence, son chiffre d’affaire a multiplié par quatre en un an.

La mort du présentiel

Parallèlement, les moments en présentiels ont été drastiquement limités par les entreprises ou ont tout simplement disparus.

Terminés les grands séminaires, les roadshows et autres grands messes. Digitalisées, la formation managériale, la réunion d’équipe ou la présentation du nouveau plan stratégique. Quant au séminaire d’intégration, on peut parier sur la sortie prochaine d’une application qui permettra de s’en dispenser.

Justifiées par le contexte épidémique d’avant l’été, les fortes restrictions sur les événements en présentiels pénalisent de nombreuses entreprises du conseil, de l’événementiel, de la formation, etc.

Mais ne nous y trompons pas, les premiers pénalisés sont les salariés.

Vive le présentiel

Au risque d’être iconoclastes, énonçons quelques convictions :

Non, le home office n’est pas l’avenir du travail.

Non, tous les salariés n’ont pas plaisir à travailler depuis leur canapé et/ou avec leurs enfants à proximité

Non, les salariés n’ont pas envie de taper « étoile » pour parler à leur manager

Oui, le présentiel est indispensable pour maintenir l’engagement et la motivation des salariés

Oui, le présentiel est irremplaçable comme vecteur de convivialité et de sociabilité

Oui, le présentiel est décisif pour mobiliser l’intelligence collective et la dynamique collective.

Ingrédient indispensable de la performance des entreprises et du bien-être des salariés, le présentiel ne pourra durablement disparaître du paysage.  

Le présentiel est mort, vive le présentiel !